Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

RENAULT TRAHIT ALPINE

RENAULT TRAHIT ALPINE

Selon des rumeurs convergentes, il semble de plus en plus probable que le plan Renault d’économies de 2 milliards, présenté par madame Delbos, DG intérimaire, inclue la fermeture du site de Dieppe où est fabriquée l’Alpine A110.


Préalablement , on peut s’étonner que des mesures structurelles aussi graves puissent être prises par une Direction « INTERIMAIRE », puisque depuis bientôt 18 mois Renault, une des entreprises les plus importantes du CAC, vit sous ce régime provisoire qu’on imaginait destiné à « expédier les affaire courantes ». Proposer la fermeture de 4 sites industriels va bien au-delà !...


Sur le fond, l’usine Alpine de Dieppe est un cas à part pour plusieurs raisons :


1/ Dans le dispositif industriel de Renault, le site de Dieppe, avec moins de 400 salariés et une capacité de production installée à environ, 20 véhicules par jour, est plus un atelier qu’une usine ; on peut même dire une « manufacture ». Le programme Alpine a été décidé, entre autres, pour renforcer la crédibilité de Renault en Haut de Gamme, dit « Premium« . Et les collaborateurs Alpine à tous les niveaux de la fabrication ont intégré cette mission de prestige et s’en acquittent avec conscience et une certaine fierté, pour livrer un véhicule de qualité irréprochable qui, on a pu le constater, ne déçoit pas ses presque 10000 acheteurs livrés à ce jour. La crédibilité dans le luxe est un processus long, délicat et fragile mais qui peut rapporter gros : c’est, par exemple, le secteur qui de loin a le mieux résisté à la crise actuelle.


2/ Au-delà de l’aspect purement industriel, la fermeture de l’usine de Dieppe menace de mort un modèle, l’Alpine A110, fabriquée exclusivement à Dieppe et même une marque « Alpine », relancée à grands frais par Renault depuis 3 ans.
Les technocrates peuvent toujours proposer de déménager les moyens de fabrication et de continuer cette fabrication dans une autre usine du groupe, à Sandouville par exemple (à plus de 100 km). Il faudrait alors prendre en compte le coût réel et consolidé d’une telle opération, y compris la formation d’un nouveau personnel, à rapprocher d’un gain espéré assez incertain. Ce serait aussi faire fi de l’association parfaitement ancrée dans le public et les media entre Alpine et Dieppe, sa ville d‘origine, part de son ADN, comme Renault-Billancourt, Fiat-Turin, Ferrari-Maranello, Volkswagen-Wolfsburg, Porsche-Zuffenhausen, etc.
Abandonner le modèle A110 serait une erreur grave, compte-tenu de son potentiel: Celle-ci a obtenu le meilleur accueil de la Presse Internationale jamais enregistré chez Renault…Et beaucoup de concurrents européens rêveraient de compter un tel modèle dans leur gamme de véhicules!
Les communicants diront qu’on peut toujours exploiter la marque Alpine en tant que badge sur des versions sportives de modèles Renault. La marque Alpine, à son niveau de notoriété actuelle, vaut autour de 300 millions d’euros et pourrait effectivement valoriser des modèles Renault… tout en se dépréciant rapidement si le modèle n’est pas en parfaite cohérence avec les attributs de la marque Alpine. Mais, l’exploitation d’une marque, sans la faire VIVRE conduit inévitablement à son discrédit !


3/ Gaspillage de know how.
L’usine Alpine est l’usine pilote du groupe Renault et mieux, de l’Alliance Renault-Nissan en termes de nouvelles technologies de fabrication. Elle est la seule à pratiquer le montage de carrosseries en aluminium et l’assemblage par « rivetage-collage » hérité de l’aéronautique. Or, ces deux technologies sont très porteuses dans la recherche de diminution des nuisances environnementales, grâce aux gains de masse obtenus. A preuve la A110 est en France, le modèle thermique premium le moins imposé en « Malus ». Ce savoir faire maintenant parfaitement maîtrisé par Alpine représente un énorme et fastidieux travail d'apprentissage.


4/ Au niveau social, la catastrophe ne touche pas que les 400 salariés Alpine mais aussi les intérimaires, les prestataires de service et encore le personnel des fournisseurs, nombreux dans la région dieppoise et en Normandie. Pour certains petits fournisseurs très spécialisés dans des techniques de pointe, leur retirer un tel volume d’affaires aboutirait probablement à leur mise en faillite.

 

Voilà quelques conséquences graves que les comptables pressés de Renault n’ont probablement pas prises en compte, par ignorance, lors de cette proposition d’ailleurs motivée par un faux constat : après un départ brillant, les ventes de l’A110 ont dangereusement baissé faisant craindre aux financiers du groupe un foyer de pertes durable à Dieppe. Le produit n’est absolument pas en cause dans cette baisse des ventes, mais une direction commerciale pratiquement inexistante qui a trop parié sur les ventes par le canal du « e-commerce », plutôt que de construire, notamment à l’exportation, un réseau spécialisé et motivé ; il suffirait de quelques mois pour relancer l’intérêt du public, étranger prioritairement !
Renault connaît le même problème avec ses modèles premium, mais c’est une autre histoire….

L'économie escomptée de la fermeture de Dieppe risque fort de se révéler rapidement comme un beau gâchis!

Jacques CHEINISSE le 25/05/2020

 

Commentaires

  • Bonjour Mr Cheinisse,
    Que dire de plus, votre analyse est une force de vérité et malheureusement un bis-répétita chez les dirigeants de Renault.
    Bonne journée à vous.
    Mr Grégoire

  • Bonjour monsieur Jaques Cheininise !

    Je vous 100 % d’accord avec vous concernant que vous aviez diriger L’équipe de rallye dans les zones 1970 eu l’entreprise dans les années 1980/1990! je pense que la répression tout à outrance et Audi responsable de cette situation pour Alpine-Renault !

    Maintenant pour été dur qu’Alpîne reparte je pense qu’il faut un que l’état fasse une forte commande pour la gendarmerie ! De plus il est urgent de faire une griose partie dés digestion faite dans votre l’été ouverte au premier ministre en2018 à l’occasion du 80!km/h qui est une limitation de vitesse Arbitraire malsaines et dogmatique Cômme d’ailleurs sle tout 139 sur adont le remarquable pilote nernardDarniche denonce! Et dit bien qu’il faut la faire sauter !

    je pense moi aussi qu’il faut sortir du tout130km:h sur autoroute vite qu’avec des scientifiques a conclue qu’en dépôt de160km:h le cerveau déconnecte . Et je pense Côme lui qu’il est urgent qu’importer le modèle de sécurité routière avec des autoroutes gratuites sont 66 % dont a vitesse !ibre , une police de la route axe sur les comportements inadmissibles, une formation au risque routier notamment come il’ le demande ! si ce pilote pilote que vous connaissez bien qui fur champion de grance en1973 sur alpine : Bernard Darniche sugere cela c’est pas pour rien mince!
    Tant que l’on prendra les automobilistes pour des vache à lait le marché auto sera poluer et surtout le frein a lnecoytevpilulaire au discours de prudenc sera trop fort et plus vite on changera dépolitisée mieux ce serra et les résultats côté sécurité routière pourront être améliorés ! de plus cela aura pour effet positif que le larchesera assaini et sirtoutles pasionecrespectevlieux ce sentiront mieux respectées !
    Bref j’rspere qu’avec Bernard Darniche voyait ee le coût défaire une bonne lettre ouvrrte adresses à EmanuelMacron pour lui signifier lnensemvblr de ses Chases ce serait iAd mal car en et ce plus que bernard Darniche est candidat à la présidence delà FfSA!

    Cordialement

    Olivier Vason’
    Nîmes

  • Bonjour monsieur jaque cheinisseExactement ! Maintenant pour été dur qu’alpine reparte je pense qu’il faut un que l’état fasse une forte commande pour la gendarmerie ! De plus il est urgent de faire une griose partie dé vos suggestions faite dans votre l’été ouverte au premier ministre en2018 à l’occasion du 80! Je pense ausi qu’il faut sortir du tout130km:h sur autoroute qu’importer le modèle de sécurité routière avec des autoroutes gratuites sont 66 % dont a vitesse !ibre , une police de la route axe sur les comportements inadmissibles, une formation au risque routier notamment come le demande Un pilote que vous connaissez bien qui dit champion de grance en1973 sur AlpiineBernard Darniche ! Tant que l’on prendra les automobilistes pour des vache à lait et surtout mépriser le marché automobile sera pollué et plus vite il sera assaini et les pasione respectées mieux ce sera et en plus nos résultats en matière de sécurité routière seront meilleures !

  • Bonjour Jacques !
    Et tout ceci est tellement vrai ... RENAULT est en train de périr par le Produit. Point-Barre

  • Bonjour Mr Cheinisse,

    Merci de votre message, j'ai eu quasiment la même analyse sur l'usine de Dieppe et son hypothétique fermeture sur un forum Alpine bien connu.
    Je ne suis pas issu de l'automobile mais passionné (et possesseur entre autre d'une A110 et d'une C4RS18), ingénieur de formation et ancien boss et VP Europe maintenant à la retraite de la filiale Française d'un groupe US de haute technologie, votre analyse est tout simplement du pur bon sens.
    Par ailleurs comment ce genre de décisions stratégiques ont elles pu être laissées à une personne DG par INTERIM et qui donc ne sera pas concernée dans le futur par de telles décisions et conséquences induites!...
    Maintenant Mr De Meo ne serait il pas déjà à la manœuvre en sous-marin compte tenu de ses liens de non concurrence jusqu'au 1 Juillet...
    On marche vraiment sur la tête dans cette France irresponsable notamment sur le plan industriel .

    Bien cordialement
    pfm

  • jacques cheinisse bonjour merci pour ce commantaire criant de vetifier .j'ai malheureusement connu cela a la vente d'alpine a renault lors de la construction de mon alpine a 310 groupe 4

  • Bonjour Mr Cheinisse ,

    Vos propos sont pleins de bon sens et je vous rejoint totalement .
    J’espère que Dieppe et sa région vont également se mobiliser pour la pérennité de l'usine historique et de ses collaborateurs .

    Alpinement.

    Gérard.

  • Bonjour Monsieur CHEINISSE.
    Bravo pour votre brillant plaidoyer pour cette marque qui nous est chère. Vous avez su employer, avec l'intelligence qui est la vôtre, les mots justes qui résument cette situation incroyable. ALPINE rime avec passion, compétition, savoir-faire envie, et une aura que bien des grandes marques nous envoient. Merci d'avoir rappelé aux technocrates qui ne rêvent que de productivité, que le produit ALPINE, c'est autre chose. Les décisionnaires d'aujourd'hui ne posséderont plus aucun pouvoir quand le pire sera arrivé. En priant le ciel qu'ils ne parviennent pas à leurs funestes desseins.
    Non, ALPINE ne doit pas mourir, après 65 ans d'existence.
    ALPINE doit rester a DIEPPE.
    ALPINE doit continuer à nous faire rêver.
    Respect, M CHEINISSE et respect a tous ceux qui ont contribué à écrire cette fantastique histoire.
    Bon courage a tous.
    Jean-Pierre LOBET

  • Bonjour M. CHEINISSE
    Je ne peux que partager votre état d'esprit suite au comportement "cavalier" de Renault vis à vis d'Alpine....ce n'est d'ailleurs pas une premiére, en effet Renault avait déjà fait fort dans le passé...
    Je suis Dieppois de naissance mais résident en Italie depuis de nombreuses années, je n'imagine meme pas une seconde la révolution populaire qui découlerait d'un éventuel déménagement de Ferrari hors de la commune de Maranello !
    La France serait donc moins sportive dans l'ame et moins fière de son passé que l'Italie ?
    Je ne le pense pas...
    Donc, réveillons nous et faisons valoir bien haut nos valeurs
    Vive l'Alpine, vive Dieppe et vive le sport automobile

    Bien cordialement
    Jean Marc TIERCE

  • Alpine = dieppe !! Gardons notre savoir faire français notre savoir faire dieppois

Écrire un commentaire

Optionnel