Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2011

Les Excuses de M.Ghosn

Vous êtes priés d’excuser M. GHOSN …et après ??

 

Madame Lagarde, Ministre des Finances déclarait, la semaine dernière, que si cette affaire d’espionnage Renault se révélait sans fondement, il faudrait en tirer les conséquences.

Aujourd’hui, c’est acquis : le Procureur de la République de Paris a conclu que l’affaire d’espionnage n’était en fait qu’un possible dossier d’escroquerie dans lequel un des enquêteurs de Renault serait soupçonné et surtout, qu’aucune charge n’était retenue à l’encontre des trois cadres licenciés par Renault !

Alors, qu’attend l’actionnaire majoritaire pour « en tirer les conséquences » ?

Dès cette annonce, hier, le dynamique PDG du groupe a convoqué un Conseil d’Administration extraordinaire. Qu’en est-il sorti ? A 20h43 un communiqué de presse nous apprend que « le Conseil d’Administration soutient unanimement la décision de Carlos Ghosn » Or, dans ce Conseil, figurent les représentants de l’Etat et du Personnel qui, quelques jours avant par la voix de Madame la Ministre et des Syndicats souhaitaient sanctionner sévèrement la Direction Générale : si unanimité veut encore dire quelque chose, ces représentants se seraient donc « couchés », car aucune décision dans ce sens n’a été prise !

Quel est donc ce « Plan » sorti du C.A. extraordinaire ?

--  Le bon M.Ghosn a refusé la démission de Patrick Pelata, directeur général.

--  Grand Cœur, il a renoncé à son Bonus 2010, une misère de 1,6 millions d’euros et prié M.Pelata et les autres dirigeants impliqués (sic) d’en faire autant… Mais ça risque fort de ne pas couvrir les conséquences pécuniaires de leurs erreurs de management.

-- II propose d’indemniser largement les victimes de ces erreurs…Merci pour elles, mais elles n’ont pas besoin de sa bénédiction pour obtenir réparation !

-- D’engager des mesures disciplinaires contre trois membres de la direction de la Protection du groupe ; c’est bien le moins…

-- De « restaurer l’image de Renault et la confiance dans l’entreprise et ses dirigeants » : en les laissant à leur poste, ça ressemble bien à de l’incantation gratuite ou de la méthode Coué !

-- « De mettre en chantier la refonte de la gouvernance de Renault concernant la protection du groupe, des personnes et de l’information ». Comme d’habitude, en France, ça se termine par la création d’un nouveau comité…d’enterrement ou plus précisément d'un audit, c'est plus sophistiqué et ça a un vague relent de démocratie...par les temps qui courrent, faut bien faire quelques concessions!

M.Ghosn dit avoir refusé la démission de Pelata pour ne pas ajouter une crise à la crise. Mais c’est une grossière pirouette, la crise n’est pas terminée. La Direction Générale n’est plus crédible ni à l’intérieur, ni à l’extérieur ; elle a démontré à cette occasion qu’elle n’avait aucune considération pour les états de service de la fine fleur de son encadrement, que dans le danger, elle n’avait aucun discernement, que sa vertueuse gouvernance n’est en fait qu’une cynique hypocrisie :

Qu’est-ce que ce « Comité de Déontologie » qui condamne directement trois cadres dirigeants, court-circuitant toute démarche hiérarchique, et au mépris des principes élémentaires du droit ?

Qu’est-ce que cette « Ethique » de l’entreprise évoquée lors des licenciements par le Directeur Juridique, Président de ce comité fantoche ? S’il avait un tant soit peu  le sens de l’éthique n’aurait il pas démissionné ainsi d’ailleurs que tous les autres membres ??

Les certitudes affirmées de M.Ghosn ont volé en éclats dans l’affaire d’espionnage. Puisqu’il reste en place, il faudra attendre fin 2012 pour que ses non moins affirmées certitudes sur le marché de masse des voitures électriques, imposées à toute l’entreprise,  volent, à leur tour, en éclats . Mais les dégâts seront, cette fois, irréversibles !

 

Les commentaires sont fermés.