Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2011

BREVETS 2010

Brevets publiés 2010.

 

Dans cette dramatique actualité que nous traversons, les médias ont eu peu de place pour développer une information économique importante concernant les dépôts de brevets. C’est dommage car cette indication est un baromètre important de la capacité d’innovation de nos entreprises, et, par là, de leur projection dans l’avenir.

L’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) vient donc de publier le palmarès des dépôts de brevets 2010. Il faut préciser que, compte tenu des délais imposés (de l’ordre de 18 mois) entre dépôt et publication, il s’agit là de brevets déposés entre le 1°juillet 2008 et le 30 juin 2009, donc encore en pleine crise économique.

Malgré cela, le nombre de dépôts a progressé de 4,7% avec des tendances très différentes selon les déposants ; dans le secteur automobile, PSA reste de loin le premier déposant avec 1152 brevets publiés, soit un recul de 9% sur 2009, Saint Gobain augmente de 13%, Valeo et Michelin baissent de 7%. Quant à Renault avec 562 brevets, il décroche sévèrement de 38%  après avoir déjà baissé de 5% un an plus tôt ! Notre constructeur national prétend avoir changé de stratégie de brevets compte tenu du coût des dépôts et de la protection ; ça peut expliquer une partie de ces écarts mais la vraie raison est à rechercher dans les économies décidées sur les budgets de R&D : 26% sur l’exercice 2009. Et ça ne va pas s’arranger puisque ce budget a encore été diminué de 48 millions d’euros en 2010 et que dans le Plan 2016, il est inscrit qu’il doit baisser de 5% par an…

On a bien là, la confirmation que la Direction Générale de Renault sacrifie délibérément l’avenir de l’entreprise pour présenter à ses actionnaires et aux analystes financiers des comptes favorables. Dans les années 90, Chrysler avait adopté cette stratégie de R&D qui consiste à reporter sur ses fournisseurs les frais de recherches et, ainsi, perdre progressivement son know-how : il n’a pas fallu attendre longtemps pour voir le résultat….

Les commentaires sont fermés.