Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2012

Le Printemps des Actionnaires

 

Le Printemps des Actionnaires

 

 

En décembre 2010 a commencé à se développer en Tunisie, un mouvement de révolte pour plus de démocratie et un meilleur partage des richesses ; ce mouvement, en gagnant plusieurs pays arabes s’est vu étiqueté : « Printemps arabe ».

 

Aujourd’hui, c’est en Angleterre que se développe une certaine fronde qu’on appelle déjà  « Printemps des actionnaires », qui entend stopper la démesure des rémunérations de certains dirigeants d’entreprise dont les résultats sont contestables : le D.G. d’Aviva vient de démissionner pour cette raison et sont également concernées : Barclays, Citygroup, le groupe de presse Trinity Mirror, le groupe minier Xstrata, etc…

 

Dans notre douce France, le 27 avril dernier, l’Assemblée Générale de Renault s’est brusquement tendue quand un petit actionnaire a interpellé le Président Carlos Ghosn sur sa rémunération. En effet, le Conseil d’Administration a approuvé la proposition du Comité des Rémunérations pour le PDG, soit : une misérable rémunération fixe reconduite de 1,2 millions d’euros, une part variable de 1,599 millions d’euros, et l’attribution de 200.000 options d’achat d’actions, valorisées théoriquement à 1,489 millions d’euros !

 

La question était, le Président de Renault mérite-t-il un tel bonus quand l’entreprise va si mal ?

 

M. Marc Ladreit de Lacharrière, Administrateur et Président dudit Comité des Rémunérations a exposé que cette part variable « est calculée sur des critères de performances quantitatifs et qualitatifs », parmi lesquels le cash flow semble avoir une position importante. Or, si on veut privilégier un cash flow positif en l’absence d’augmentation de la marge, il faut diminuer les dépenses concernant les investissements sur le renouvellement de la gamme de véhicules et les frais de R&D ; ça rassure le monde de la finance, ça favorise le cours de l’action mais ça met gravement en danger l’avenir de l’entreprise ; par exemple, ça va à l’encontre d’un autre critère de bonne santé et de dynamisme qu’est le nombre de brevets déposés : selon les chiffres publiés récemment par l’INPI, Renault s’est effondré en 2011 avec 245 brevets déposés pour 1237 à PSA…

 

La marge opérationnelle est l’entrée du cash flow, elle constitue pour un dirigeant d’entreprise un critère pur et dur, incontournable. Sur cet exercice 2011 qui vaut à M.Ghosn cette belle récompense, elle a été de 2,6% pour le groupe Renault dont seulement 0,8% pour l’activité automobile alors que chez les autres constructeurs généralistes elle était de 5,7% pour Fiat dont 6,7% pour l’automobile, de 6,4% pour Ford dont 4,9% pour l’automobile et de 7,1% pour Volkswagen dont 7,0% pour l’automobile…La revendication de faire mieux que PSA (3,2% dont -0,2 pour l’automobile) n’est pas une consolation mais le refuge de mauvais joueurs !

 

Peu importe, « Les chiens aboient, la caravane passe ! », le Conseil d’Administration a voté cette belle rémunération car, en France, le Clan fermé des Administrateurs de grandes sociétés est coopté ; entre amis, on se fait la courte échelle….

 

Le 10mai 2012

 

Commentaires

Merci, M. Cheinisse, vous avez tres bien remarqué. J'ai etait choque par le ton de cette non-reponse.

Une autre chose interessante est la capitalisation de Renault. L'annee derniere un actionnaire questionnerait le fait que la capitalisation de Renault est beaucoup moins que seulement le valeur de 43,4% du Nissan - la participation de Renault dans son partenaire Japonais. Aujourd'hui la capitalisation de Renault est un peu moins que 10 milliards d'euro, mais au meme temps le valeur boursiere de 43,4% de Nissan est bien au dessus de 14 milliards...

Écrit par : un autre ex-Renault | 26/05/2012

Les commentaires sont fermés.