Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2013

l'Impudence de Monsieur Ghosn!

L’impudence de Monsieur Ghosn !

 

Renault est souvent « à la UNE » ces jours-ci : lancement réussi de Clio 4, relance d’Alpine et Rallye de Monte-Carlo historique, annonce de la suppression de 7500 postes d’ici 2016, négociations syndicales  sur la compétitivité des usines françaises, résultats financiers 2012, et…initiative inédite de Carlos Ghosn de geler 30% de la part variable de sa rémunération (soit environ 430.000 euros) jusqu’en 2016, conditionnée à l’application de cet accord de compétitivité et avec la garantie de la tenue des volumes de fabrication  promis par la direction.

Cette dernière annonce ressemble bien à un coup tordu : d’une part elle est sensée encourager les syndicats à signer cet accord dont l’entreprise a bien besoin, d’autre part elle relance le débat sur la rémunération provocante du PDG et fait en sorte qu’ils  répugnent à signer puisqu’ on a l’impudence de leur suggérer : merci, avec  cet accord vous signez un chèque supplémentaire de 430.000 euros à votre pauvre patron…alors que ledit accord prévoit un gel des salaires en 2013  juste au-dessus de la ligne de flottaison pour les agents des usines et une augmentation millimétrée au delà ! Nombre de patrons d’entreprises en difficulté ont sobrement renoncé à la part variable de leur rémunération, d’autres l’ont reportée rendant encore plus exorbitante les sommes dues quand elles arrivent à échéance ; ce fut le cas chez Publicis en 2012 quand le PDG a touché 16 millions de primes accumulées dans le temps ; ça devient alors une provocante impudence vis à vis du salarié de base et même des autres, de tous les autres : « j’y ai droit et je vous emm… »

Il parait que la part variable du patron de Renault est établie en toute transparence mais on n’en connait pas publiquement les règles; elle est approuvée par un Conseil d’administration composé majoritairement d’obligés et de complices attendant leurs jetons de présence. M.Ghosn mérite-t-il réellement ces primes ?

Il se sent renforcé par l’annonce de résultats bien accueillis, 24h après ceux, désastreux de PSA ; il est bien connu que dans cette bonne France de Poulidor, on s’intéresse plus aux derniers de la classe qu’aux premiers, comme GM qui annonce presque 7 milliards de dollars de bénéfice d’exploitation, en attendant ceux de Ford, Toyota ou Volkswagen sans doute meilleurs encore…Le résultat net de Renault de 1,772 milliard d’euros est à considérer avec la prise en compte d’une plus-value de 954 millions sur la vente des titres AB Volvo et de la contribution de Nissan pour 1,234 milliards pour laquelle M.Ghosn est très largement payé par ailleurs ; les gens de Nissan vont peut-être finir par se fatiguer de ce partage…Une marge opérationnelle négative de - 0,1 % pour l’activité automobile du groupe suppose une impasse grave pour la marque Renault puisqu’on nous répète que les activités Dacia rapportent plus de 6% ! Bref, pas de quoi pavoiser, ce d’autant qu’on ne voit pas encore d’où pourrait venir le rebond ; on sent moins d’enthousiasme de la part de la DG envers la Zoé électrique qui va finalement être livrée vers le mois d’avril (2013) et qui devait, selon le Plan, saturer la capacité de l’usine de Flins à 150.000/an…A Billancourt on se gargarise de vendre plus de la moitié de ses autos  hors d’Europe mais on reste des joueurs de seconde division tant qu’on est absent des trois plus importants marchés mondiaux : Chine, USA, Japon ! Et pourtant, c’était un des objectifs de la prise de contrôle de Nissan en 1999, 14 ans bientôt et deux PDG plus tard…

Le pari personnel du « tout électrique » de masse revendiqué par Carlos Ghosn sous l’influence de gourous tels Shaï Agassi lui-même désavoué et éconduit depuis par sa propre société Bitter Place, et au mépris de l’avis des spécialistes de Renault et des experts nationaux (rapport Syrota honteusement enterré par le pouvoir politique pour plaire aux faux écolos) est une erreur stratégique majeure maintenant avérée. Les 4 milliards d’euros d’investissements que l’Alliance y a consacrés ont sacrifié le renouvellement d’une partie de la gamme de produits Renault et retardé dangereusement le renouvellement de ses moteurs,  boites de vitesses et autres technologies nouvelles diminuant les émissions nocives. Des centaines de milliers de clients renouvelants de Laguna et d’Espace, faute de nouveaux produits Renault de remplacement sont perdus, peut-être à tout jamais. A-t-on un jour calculé chez Renault le prix, la valeur d’un client ??

Le résultat clair et incontestable est là, depuis 2005 et l’arrivée de M.Ghosn au pouvoir, la part de marché de la marque Renault en Europe a chuté de 3,3 points soit environ 1/3, soit environ 400.000 ventes/an ! C’est un indicateur global et public de la performance de la DG de notre constructeur national et si son actionnaire principal voulait établir un bilan plus large et précis de cette gouvernance, je lui suggérerais une batterie d’indicateurs disponibles dans des enquêtes interconstructeurs très fiables parce que portant sur plusieurs dizaines de milliers d’interviews d’acheteurs véhicules neufs en Europe appelées « courants commerciaux » ou NCBS pour « new car buyers survey » auxquelles je n’ai pas accès. Il suffirait d’analyser sur ces 8 dernières années l’évolution de : la note de satisfaction des clients sur les produits de la marque, leur taux de fidélité, leur intention d’achat d’une Renault ou même le taux d’hésitation à l’achat d’une Renault, l’image du constructeur sur différents critères (innovation, sympathie, dynamisme, qualité, environnement) etc..etc..Ce serait un moyen objectif et dépassionné d’estimer la performance à moyen terme du patron au delà de toute arrogance venue du marché des dirigeants et par là, de proposer une rémunération reconnue du plus grand nombre.

 

Jacques CHEINISSE     le 17/02/2013