Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2010

RENAULT, CHAMPION du MONDE de Formule 1 !

RENAULT,  CHAMPION du MONDE  de  Formule 1 !

 

Pour la 9° fois de son histoire, Renault accède à la plus haute marche du podium de la Formule 1, discipline emblématique des sports mécaniques. Bien sûr, les esprits chagrins ergoteront sur le fait que Renault n’est que le fournisseur de moteurs d’une écurie Red Bull qui sera seule habilitée à revendiquer le titre de Championne du Monde, quand ce sera acté, dans une semaine, après le dernier Grand Prix de la saison alors que l’écurie Renault officielle ne sera que 5° de ce classement prestigieux...

En attendant que les courses de Formule 1 soient réservées aux voitures électriques..., le moteur reste le cœur de ces monstres mécaniques ; il y a vingt ans quand je suivais encore de près la compétition automobile, il était couramment admis que le succès en F1 dépendait :

-- à 30% du moteur,

-- à 30% des pneus

--à 30% de l’organisation

--à 10% du pilote

Ce qui n’était pas très valorisant pour ce dernier qui doit avoir un rôle déterminant sur la mise au point fine du moteur, sur le choix des pneus et sur l’animation de l’organisation… Quoiqu’il en soit, aujourd’hui, les pneus ne sont plus discriminants puisqu’ils sont imposés par la F.I.A. (Fédération Internationale de l’Automobile), par contre l’aérodynamique a pris une place cruciale, dans laquelle le moteur a aussi sa part de responsabilité par son encombrement, sa « respiration », ses besoins de refroidissement. Bref le moteur conserve un rôle central en F1 tant que la F.I.A. n’arrivera pas à imposer son funeste projet d’imposer le même moteur pour tous, à la soviétique !

Et, sur ce paramètre déterminant de réussite en F1, on peut être très fiers que Renault devance des challengers aussi huppés que Mercedes et Ferrari, après le retrait résigné de BMW, Honda, et Toyota…Un tel succès couronne les efforts d’une équipe très affûtée qui excelle à maitriser la très complexe mécanique d’un moteur à explosion qui peut tourner à 19000t/mn, summum de la technicité : transformer un mouvement alternatif en mouvement rotatif…

Autant cette brillante réussite a de quoi nous réjouir, autant, les retombées médiatiques françaises d’un tel évènement mondial, ont de quoi nous irriter : les démêlés hexagonaux PSG/OM continuent à faire la Une des Bulletins sportifs sur les ondes, les écrans et les papiers, bel exemple de la propension de nos médias à « éteindre » ces pauvres Français de plus en plus tristes et inquiets.

Par ailleurs, il est réjouissant de constater que c’est un modeste partenaire de Renault aux moyens conséquents mais limités qui permet à notre constructeur national de remporter  ce Challenge : Une telle prouesse à ce niveau d’engagement suppose que chacun des membres de l’Equipe n’hésite pas à se surpasser, à aller au-delà de ses forces aussi bien physiques qu’intellectuelles et ce dévouement total se conçoit mieux dans une petite équipe unie qu’une grosse organisation généralement truffée de « petits chefs » fermés et jaloux de leurs prérogatives. C’est vrai de Renault, encore que par le passé, l’écurie officielle ait réussi par deux fois à être Championne du Monde à part entière, c’est encore plus clair chez Mercedes : Non seulement l’écurie officielle Mercedes GP, 4° du Championnat Constructeurs est devancée par son partenaire Mac Laren mais cette écurie a repris pour la saison 2010 les actifs de la « petite » écurie Brawn GP qui était imbattable l’année dernière, du moins en début de saison !

Enfin, dernier point, le succès international de Renault en F1 vient rejoindre celui de Citroën en rallyes et celui de Peugeot en courses d’endurance ; force est de constater qu’il y a un océan de menaçantes vagues noires entre la très haute technicité démontrée au niveau le plus élevé de la compétition automobile et la frilosité technique de nos constructeurs nationaux qui ont pris de 10 à 15 ans de retard sur leur concurrents en ce qui concerne la technique automobile courante de la voiture de production proposée aux clients à l’instar de l’injection directe essence, la boite de vitesse à double embrayage type DFV, les moteurs 3 et même 2 cylindres ou le système « stop&start » pourtant inventé par le français Valeo !

Le 08/11/10

Les commentaires sont fermés.