Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2011

Affaire Renault: Suite

Responsables  mais  pas  Coupables !

 

Apparemment, les décisions prises par le Conseil d’Administration ce 11 avril ne satisfont ni le personnel-maison, ni les syndicats, ni les médias, ni la bourse, ni l’Establishment (voir la réaction très digne de Mme la Présidente du Medef)…y aurait-il problème ??

En fait de sanctions pour clore ce retentissant  scandale, seuls les trois membres de la direction de la sécurité du groupe sont clairement licenciés : c’est bien le moins et avait-on réellement besoin d’un rapport d’audit et de l’expertise du Cabinet Bearing Point pour établir leur responsabilité ? Il est vrai que leur directeur, Rémi Pagnie est, si j’ai bien compris, une recrue personnelle de Carlos Ghosn et que son rattachement hiérarchique n’est pas très clair. Le « matriciel » est tellement développé chez Renault qu’on peut concevoir que la recherche en responsabilité n’est pas aisée ; par exemple, on n’a jamais entendu parler au cours de cette lamentable affaire de la supérieure hiérarchique directe de deux des cadres incriminés à tort, la Patronne de l’Ingéniérie ; les deux audits ne la mentionnent pas non plus, mais quelle crédibilité lui reste-t-elle dans sa gestion journalière des quelques milliers d’ingénieurs et cadres qu’elle a sous sa « responsabilité » et, par là, est-ce que ce mot a encore un sens chez Renault dans la gestion des hommes ?? Bonne chance à Mme Damesin, nouvelle patronne DRH !

Pour les autres dirigeants concernés (je crois même avoir lu « impliqués » quelque part…), M.Caudriou, Directeur des Cadres Dirigeants, M.Husson, Directeur Juridique et Président du Comité de Déontologie…(si vous avez écouté les 25 mn de son entretien pré-licenciement avec M.Tennenbaum diffusé sur l’Express.fr, le mot prête à sourire…) et Mme Dors, Secrétaire Générale, ils sont « relevés de leurs fonctions dans l’attente des discussions quant à leur avenir » : sans doute, Responsables, mais pas Coupables !

Au moins, Patrick Pelata a-t-il eu assez d’honneur pour offrir sa démission dès le C.A. du 14 mars qui l’avait alors refusée à l’unanimité. Cette fois, il est lui aussi, relevé de ses fonctions, continuant de gérer les affaires courantes jusqu’à…son départ de Renault. Après quoi, il se verra proposer d’autres fonctions au sein de l’Alliance Renault-Nissan. Traditionnellement, les Japonais n’ayant pas le même sens de l’honneur que les Français, ça risque d’être intéressant à suivre. M.Ghosn a tenu à souligner à cette occasion « que les compétences de Patrick Pelata restent précieuses et constituent un atout pour le Groupe ».

Il a donc bien changé le fameux PDG depuis ses brillantes leçons du Management par Objectifs négociés ; car on peut estimer que son fidèle et complice lieutenant a manqué les objectifs les plus importants qui lui avaient été assignés solennellement le 9 février 2006 lors du lancement du plan « Renault Contrat 2009 , plan de Renault, par Renault et pour Renault »,  qui se voulait réaliste car fondé sur un diagnostic précis. C’était tellement vrai que la faillite de ce plan explique la déconfiture actuelle de la marque Renault résumée dans un seul chiffre : en 2000 Renault seul réalisait 2 338 000 ventes dans le monde pour 2 114 000 en 2010 dont environ 300 000 Dacia badgées Renault au Brésil, en Russie et ailleurs. La crise économique est venue à point pour sauver ces Messieurs du ridicule sur les objectifs quantitatifs de ce plan de +800 000 véhicules vendus et une marge opérationnelle de 6% ; mais les objectifs les plus importants, porteurs d’avenir concernaient une offensive produit de grande ampleur et M. Pelata, en tant que responsable en titre de la stratégie produit en était le dépositaire :

1/ « Renouvellement avec rigueur et créativité de quelques piliers de la gamme : Mégane, Kangoo, Twingo, Master » : par rapport à la Twingo de 1993, quelle créativité dans Twingo2 qui, avec une richesse d’offre beaucoup plus large que son ainée est à -25% de ses volumes ?

2/ «  Un nouveau Haut de Gamme….qui nous permettra de doubler le nombre de véhicules vendus à un prix supérieur à 27 000€ » : Laguna3, au cœur de cette stratégie, s’est avérée un douloureux bide malgré certaines qualités objectives et défauts inhabituels chez Renault dans les domaines du confort, du coût d’utilisation et du design ; résultat : seulement 51 000 ventes en Europe en 2010 pour 75 000 à la Citroën C5, 100 000 à la Ford Mondeo, 139 000 à l’Opel Insignia, 171 000 à la VW Passat ! Pratiquement sortie du marché…pour mémoire Laguna1 se vendait à 250 000 exemplaires par an!

3/ « Dans le Haut de Gamme nous proposerons des voitures innovantes et judicieuses : des SUV, des 4X4, des Cross-Over » : rien de tout ça, sinon un mièvre Koleos hérité de Samsung qui a le succès qu’il mérite, 14 000 ventes pour 110 000 VW Tiguan ou 74 000 Ford Kuga !

A la place de l’élargissement justifié de la gamme Renault demandé en 2006 à travers ce plan, on assiste au contraire à l’abandon du haut de gamme, segments D et E, Laguna et Vel Satis, qui n’ont pas de remplaçants planifiés et surtout, on est incapable de remplacer l’emblématique Espace qui faisait la crédibilité de Renault en haut de gamme, abandonnant ses importants parcs de clientèles aux concurrents.

De même, il était demandé de « continuer à innover en sécurité passive pour consolider notre position de leader européen », position confirmée dans une enquête annuelle du célèbre magazine allemand « Auto Motor und Sport » : à la question : « Marque ayant de hauts standards en matière de sécurité », Renault sortait effectivement en tête en 2007 avec 22% de citations devant VW à 19%. Dans l’enquête 2011, ça s’est inversé : VW est à 32% quand Renault est dans le bas du tableau à 7%. On ne fait pas impunément de la publicité institutionnelle vantant les mérites de la (future) voiture électrique présentée comme la panacée écologique sans risquer le discrédit sur la gamme classique qu’on a à vendre…

Mais, même dans ce domaine de l’environnement, l’image de Renault est en échec grave: dans la même enquête, à la question « fait des voitures respectueuses de l’environnement » Renault est à 2% quand Toyota est à 38% et VW à 35%...Pour la diminution des émissions de CO2, le plan 2006 affirmait  « nous préparons une palette complète de technologies alternatives telles que les hybrides, les piles à combustible, les véhicules électriques, sans oublier les transmissions variables…….et nous continuerons d’optimiser les moteurs traditionnels » . Résultat : on a laissé à PSA et aux autres la technologie hybride, on a pris 10 à 15 ans de retard  sur les motorisations thermiques et les transmissions type double embrayage et on se polarise sur le véhicule électrique , pari à 4 milliards d’euros, encore plus scandaleux et lourd de conséquences à court et moyen terme, que l’affaire de faux espionnage industriel qui y est plus ou moins liée, car le véhicule tout électrique n’est ni la solution écologique (avant de la stocker, il faut d’abord produire de l’électricité, comment ?), ni  économique (elle a besoin d’être subventionnée en recherche et conception, en infrastructures, en aide à l’achat, en utilisation), ni commerciale (rapport coût/prestations désastreux à cause de l’autonomie).

Au-delà des effets de la crise économique le plan « Renault Contrat 2009 », subrepticement enterré a été un échec cuisant, sans que ça n’ait déclenché ni sanctions ni réflexions de fond, on ne voit pas dans ces conditions pourquoi on accorderait le moindre crédit  au « Drive the Change 2016 »

En tous cas Merci à MM. Pelata et Ghosn pour leur bon travail et…continuez !!

Commentaires

Que dire de +
De nv. une analyse perspicace et en particulier sur le retour d'enquête d'Auto Motor und Sport.
Un grand patron de l'automobile disait "il y a ceux qui parlent de l'automobile & ceux qui font des automobiles .." Dommage chez Renault ceux qui ont fait des voitures sont 'éjectés' reste les autres ....

Écrit par : MM72 | 16/04/2011

Moi aussi je suis un ancien IIIC de Renault, et je vous y ai connu, ne vous avancez pas trop sur la fin de cette histoire.
Je pense que Ghosn a sauvé sa tête MOMENTANEMENT (tous les Renault savent que s'il n'est pas à l'origine de cette pitoyable affaire il est pour beaucoup dans le système qui a permis à cette machine infernale de gonfler et d'exploser à la figure de notre chère vieille boite).
Le problème pour lui c'est que le gouvernement le sait aussi et comprends parfaitement pourquoi il a sauté sur l'occasion sans trop regarder (les rapports capitalistiques Renault/Nissan).
Pour ma part j'irai le 29 siffler le mercenaire.

Écrit par : JMS | 17/04/2011

En France tout fini par des chansons...

http://www.youtube.com/watch?v=WCbABieLyhM&feature=player_embedded#at=24

Écrit par : JMS | 20/04/2011

Monsieur, je ne vois pas trop la cohérence entre le titre de votre article et la seconde moitié du texte dans laquelle vous critiquez tout ce qui se fait actuellement chez Renault !
Je vous sens un peu nostalgique d'un passé où apparemment tout ce que vous faisiez était "PARFAIT" !
- Comparer Twingo 2 avec Twingo 1, 20 ans après n'a pas beaucoup de sens !
- Parler des segments en comparant 2 époques et en projetant ce qu'il faut faire dans le futur est très prétentieux de votre part !
- "consolider notre position de leader" : vous travaillez encore chez Renault ?
=> Il me hâte de vous lire dans 5 ans pour voir vos écrits sur la réussite du véhicule électrique et les volumes associés (j'espère que l'historique de vos écrits sera toujours accessible...)

Écrit par : P.Durand | 20/04/2011

A P.Durand
Apparemment vous m'avez lu trop vite.
Dans la seconde moitié du texte je développe la responsabilité de M.Pelata dont M.Ghosn tient à garder les compétences dans le groupe sans doute pour parfaire le gâchis déjà opéré sur le produit et l'image de Renault.
Si j'évoque la Twingo c'est pour mettre en évidence le ratage de l'objectif "créativité" inscrit au Plan 2009.
Quand j'analyse le segment D , je compare les résultats de Laguna3 à ceux de ses concurrentes directes en 2010 et pas à une autre époque.
Je ne prétends pas que tout ce qu'ON faisait jadis était "PARFAIT", mais Renault était plus fort, respecté et respectable!

Écrit par : Cheinisse | 21/04/2011

Jacques,

Les faits sont en général justes mais l'analyse est partiellement erronée. C'est dommage.
- Twingo2 et Laguna3, Kangoo2 ont été "concus, avant-projetés alors que P. Pélata était chez Nissan -- > responsabilité quasi nulle de P. Pélata.
- Koleos : succès inespéré en Chine qui redonne de la vigueur à ce modèle

La relève du Haut de Gamme est dans le carton...normal chaque modèle fait l'objet d'un remplacement. J'ai entendu parler d'un Waoooo effect concernant un grosse voiture (super style).

le plan 2006 affirmait « nous préparons une palette complète de technologies alternatives telles que les hybrides, les piles à combustible, les véhicules électriques, sans oublier les transmissions variables...
OK quelques remises en causes du à des priorités différentes. On ne pourra juger que qd l'effet de ces nouvelles priorités se feront sentir.

En 2008, sans crise, on n'aurait probablement pas atteint les volumes visés mais la rentabilité souhaitée aurait été au rendez-vous. Effectivement, le plan n'était pas atteint.

Vu sur le site Renault : Avec 2,6 millions de véhicules vendus en 2010, le groupe Renault enregistre un volume record de ses ventes (+ 14 % par rapport à 2009). Cette performance repose sur une forte croissance hors Europe. Le groupe Renault atteint ainsi son objectif d’augmenter sa part de marché mondiale (3,7 %). Pour 2011, le groupe prévoit de poursuivre sa croissance hors Europe et de défendre ses positions en Europe dans un marché fortement impacté par l’arrêt des aides gouvernementales.

Où sont passés les 500.000 voitures qui manquent...

Quand vous suivez une Logan, vous remarquerez que le Logo est Logan by Renault. Renault a deux marques (ou plus) Renault et Dacia. Peugeot s'apprète à faire la meme chose en Chine. Toyota ne va t-il pas aussi se lancer sur l'Entry ...

Dommage.

Jacques, vous avez encore une très bonne image auprès des anciens. Venez nous aider à mieux faire.

Écrit par : IIIC | 22/04/2011

à IIIC,

Ce qui est précieux dans une entreprise automobile, c'est :
Son Image dans le public,
Ses fonds de clientèle,
Sa gamme de produits,
Ses capacités de production,
La compétence de son personnel.
Depuis 6 ans, ces atouts de Renault sont progressivement abandonnés au profit de partenaires qui les cannibalisent par le bas (Dacia) ou par le haut (Nissan-Samsung).On ne fait pas sainement de la conquête externe en appauvrissant la maison mère!

Écrit par : Jacques Cheinisse | 22/04/2011

Jacques,

Presque d'accord avec le début à un modif pret : marque à la place d'entreprise :
Ce qui est précieux pour une marque automobile, c'est :
Son Image dans le public,
Ses fonds de clientèle,
Sa gamme de produits,
Ses capacités de production,
La compétence de son personnel.

Renault doit gérer trois marques + une: Renault, Dacia, RSM (Renault Samsung Motor) + Nissan
- L'image de Dacia en Europe est plutôt bonne au vue de l'évolution des ses ventes
- L'image de RSM était très bonne en Corée où rien n'est jamais acquis : 11% des ventes
- L'image de Renault, ses atouts de Renault ont progressivement perdu de leur force et les 3 autres marques se sont renforcées par le bas (Dacia) ou par le haut (Nissan-Samsung).

La marque Renault réagit enfin, le public le verra bientôt.

C'est vrai, la marque a été "abandonnée", des erreurs ont été commises.
La Laguna en est un "bon" exemple : un style à faire fuir les clients (avec une phase 2 qui ne corrige le défaut qu'à l'avant), un confort de suspension perfectible (le fameux confort des voitures françaises. Par contre, la qualité est quasiment irréprochable, qu'on le dise, qu'on le répète. La Laguna n'est pas une bonne affaire pour le réseau.

Jacques,

Vous avez encore des amis chez Renault, demandez à vous faire présenter ce que nous avons dans les cartons... nous avons de quoi vous faire changer d'avis.
Par contre, cela prendra plus de temps pour faire changer d'avis les clients, quoi que ...

Écrit par : IIIC | 24/04/2011

Je ne suis pas de la génération de Monsieur Cheinisse et pourtant, je partage totalement sa vision du "Renault" d'aujourd'hui. Le monde automobile repose parfois sur des duos : Welter-De Guibert chez Peugeot, Besson-Ploué chez Citroën (hier) et, quoiqu'on en pense, Schweitzer-LeQuément (oui, les Clio, Twingo, Scénic...) chez Renault. Aujourd'hui, le duo Ghosn-Pelata n'a pas cette dimension capable de donner une âme au produit... Mais effectivement, les cartons secrets disposent sans doute de produits capables de relancer la machine. Sinon, c'est effectivement à désespérer !

Écrit par : E.Billon | 26/04/2011

Bonsoir,
J'ai la chance d'être de l'intérieur et de connaitre l'histoire car elle est riche d'enseignements.

Contrairement à ce que vous dites, le tandem C. Ghosn P. Pélata a très bien fonctionné au Japon et très très vite. C. Ghosn a fait confiance à P. Pélata et l'alchimie a pris avec les Nissans.
Revenu chez Renault, C. Chosn a fait confiance à P. Pélata mais l'alchimie n'a pas fonctionné aussi vite.
Les mêmes pratiques avec des peuples de culture différente ne donnent pas les mêmes résultats.

Écrit par : IIIC | 26/04/2011

Bonsoir,
J'ai la chance d'être de l'intérieur et de connaitre l'histoire car elle est riche d'enseignements.

Contrairement à ce que vous dites, le tandem C. Ghosn P. Pélata a très bien fonctionné au Japon et très très vite. C. Ghosn a fait confiance à P. Pélata et l'alchimie a pris avec les Nissans.
Revenu chez Renault, C. Chosn a fait confiance à P. Pélata mais l'alchimie n'a pas fonctionné aussi vite.
Les mêmes pratiques avec des peuples de culture différente ne donnent pas les mêmes résultats.

Écrit par : IIIC | 26/04/2011

Les commentaires sont fermés.