Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2011

Avis de Tempête !

 

Avis de Tempête !

 

On signale un amoncellement de nuages sur le Quai Le Gallo à Boulogne-Billancourt, siège de Renault ...

 

Les journaux de ce week-end signalaient qu’une perquisition avait eu lieu ce mercredi 16 nov dans les locaux de la Direction Générale, y compris au secrétariat du Président, dans le cadre de l’enquête sur la tentative d’escroquerie au renseignement dont Renault a été victime et qui a motivé sa plainte. Bizarre  que le juge d’instruction, Hervé Robert ait cru bon d’aller perquisitionner …chez le plaignant ; le moins qu’on puisse dire est que ce n’est pas habituel ! On peut malheureusement penser que dans une affaire déclenchée par une lettre anonyme où on a  déjà vu défiler pas mal de turpitudes, chantages, écoutes, menaces on puisse en arriver à des règlements de compte entre barbouzes avec les rebondissements que ça pourrait impliquer. On espérait cette affaire élucidée et réglée, l’image de Renault se passerait bien que soit rouvert ce dossier douloureux !

 

Car les petites mauvaises nouvelles abondent depuis la rentrée…

 

L’ACEA vient de publier les Immatriculations VP Europe à fin octobre 2011 : On assiste à une nouvelle baisse sensible de la part de marché de la marque Renault à 7,8% pour 8,5% un an plus tôt, soit encore un potentiel de 130.000 véhicules par an, envolé. En 8 ans, à périmètre géographique comparable, cette pénétration a reculé de 26% (10,6 / 7,8) C’est grave ! On nous explique que la chute en Europe est compensée par une croissance à la grande exportation ; mais au Brésil, en Russie, en Iran, ce sont essentiellement des produits Dacia badgés Renault qui font les volumes et ça n’apporte rien aux activités françaises ou espagnoles, sinon dans la consolidation des comptes.

 

On vient d’ailleurs d’apprendre qu’au Brésil, Nissan allait investir lourdement dans une nouvelle usine d’une capacité de 200.000 véhicules qui vont inévitablement concurrencer directement  Renault. « Que le meilleur gagne », peut-être, mais les dés sont pipés puisque Nissan reste, seul, de l’Alliance installé sur les trois principaux marchés du monde : la Chine, les USA, le Japon, son pré carré !

 

En ce qui concerne le programme stratégique de la Voiture Electrique, je n’ai enregistré qu’une bonne nouvelle : Kangoo ZE a remporté l’appel d’offre de l’Etat, soit 15.000 véhicules sur 4 ans.

 

Le programme a pris un retard important puisque l’objectif était de vendre 40.000 VE Renault sur 2011 ( Automotive News du 11/05/11) ; on sera plutôt à quelques centaines de livraisons d'ici la fin de l'année.. D’ailleurs aux US, les ventes de VE ne s’emballent pas : sur 8 mois de commercialisation, à fin aout on enregistre la vente de 3172 Chevrolet Volt et 6168 Nissan Leaf alors que ces constructeurs se vantaient fin 2010 d’avoir reçu 25000 commandes pour le premier et 20000 pour le second, bel exemple de l’intox qui baigne la communication VE ! Ce lent démarrage des ventes est sans doute la vraie raison qui a motivé le report de 2012 à 2014 de l’industrialisation de batteries à Flins ; au sein de l’Alliance c’est encore Nissan qui s’en sort bien car leurs sites de production au Portugal à Cacia et en G.B. à Sunderland ne sont pas remis en cause…Il parait que Renault est Leader en VE….Mais consolons nous, la technologie des batteries est loin d’être figée !

 

C’est d’ailleurs urgent de les faire évoluer car en ce qui les concerne, les mauvaises nouvelles s’accumulent. Il y a cette polémique déclenchée par le rapport d’un chercheur du CNRS concernant leur sécurité et les risques d’incendie, confirmés aux US, au point que la NHTSA s’en mêle : en cas de sinistre, se dégageraient des émanations éminemment toxiques.

 

Après l’euphorie de lancements presse Renault VE très habilement menés, l’enthousiasme retombe ; l’Argus (essai Leaf et Fluence du 16/11/11) écrit « après une semaine passée à leur volant, nous sommes devenus moins enthousiastes ». En cause l’autonomie : d'après cet article,si on utilise normalement ces autos, à savoir, si on allume les phares quand il fait nuit, si on allume le chauffage quand il fait froid, si on roule à 130 km/h quand on en a le droit…l’autonomie fond comme neige au soleil….Autre constat désagréable, si vous rechargez chez vous sur une prise de courant standard, il faut 14 heures pour faire le plein ! Si vous sortez le soir après le bureau vous repartirez le lendemain matin avec une batterie à moitié chargée, ce qui peut éventuellement suffire en été si vous ne vous servez pas du conditionnement d’air….Mais pour remédier à cela Renault est prêt à vous brancher… sur son partenaire Schneider Electric qui vous installera une prise spéciale « Wall-Box » qui ramènera le délai de recharge à 8 heures environ,  pour la somme minimum de 900 euros ttc. et ce pour les privilégiés qui disposent d'un parking personnel!

 

On a aussi appris qu’au fil des cycles de recharge, ces maudites batteries dont, heureusement Renault tient à garder la propriété, perdaient environ 25% de leur capacité, ce qui n’est pas anodin pour une autonomie déjà limite à l’état neuf. Quant aux stations de recharge rapide, elles sont à éviter absolument car elles ont un effet dévastateur sur la durée de vie de ladite batterie, inconvénient à relativiser quand on n’en n’est pas propriétaire !

 

 La solution d’échange de batterie en 3 mn dans une station spéciale robotisée du réseau Bitter Place, opération dite « Quick-Drop », tant vantée en 2010, a complètement disparu de l’argumentaire Renault VE. La Fluence ZE a pourtant été dessinée en tenant compte de cette contraignante architecture qui autorise le démontage très rapide de l’énorme batterie et la mise au point de cette opération pour le compte de Bitter Place n’a pas été chose aisée. Cette société, d’origine israélienne, vient d’ailleurs d’annoncer avoir levé sur le marché 200 millions de dollars pour son développement en Europe ; avec un an de retard, elle va entreprendre une phase test de commercialisation  avec la Fluence ZE en Israël et au Danemark, avec l’objectif ambitieux de 100.000 ventes d’ici 2016 ! Alors, si ça marche pour ces deux pays, pourquoi Renault a-t-il  fait machine arrière en Europe ??

 

Mystère !

 

 

 

Commentaires

Je viens de découvrir votre blog passionnant pour un "ancien Renault".
Je m'interroge comme vous sur les développements des véhicules électriques et notamment sur les évolutions nécessaires (et aléatoires) des batteries.

Écrit par : Sarignac | 09/12/2011

Les commentaires sont fermés.