Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2011

Hypocrisie des radars fixes.

RADARS fixes : Merci à « Le Point.fr » !

 

L’annonce de la suppression de la présignalisation des radars fixes par panneaux ou systèmes liés à GPS a, enfin, soulevé la tempête…et la cacophonie des pouvoirs publics. Pour les uns: pensez donc, il est parfaitement immoral de s’élever contre une mesure prise pour diminuer l’insécurité routière et l’augmentation des accidents mortels depuis le début de l’année….pour les autres: pas du tout, ça n’apportera rien de plus à la sécurité routière mais seulement plus de rentrées d’argent dans les caisses de l’Etat, car les radars fixes ne sont généralement pas disposés dans des endroits particulièrement dangereux mais simplement des pompes à fric !

Pour les gens qui roulent beaucoup, non seulement les radars fixes sont disposés dans des endroits pas spécialement accidentogènes, mais, plus grave, les limitations de vitesse qu’ils sont sensés faire respecter en dessous des 130/110/ 90 rituels sont très contestables. Beaucoup le pensaient, mais il fallait démontrer par des données chiffrées l’hypocrisie de l’implantation de ces radars fixes: les journalistes de « lepoint.fr » ont mené leur enquête auprès du Ministère de l’Intérieur, entre autres et l’ont publiée sur le net le 23/06/20111.

Quelques chiffres suffisent à prouver l’inanité de ces mesures: sur autoroutes vous rencontrez, en moyenne, une cabine radar tous les 42 kms alors que la circulation sur ces axes engendre 5,3 % des tués. Sur les routes nationales, une cabine tous les 23 kms pour 9,5% des tués et pour les routes départementales et communales, où on déplore 85% des tués vous ne rencontrerez une cabine radar que tous les 1015 kms…Les implantations radars sont d’abord dictées par la possibilité de raccordement à internet pour le traitement automatique des infractions et surtout, par la densité de la circulation, pas forcément accidentogène; c’est prouvé par le volet départemental de l’enquête: parmi les départements les plus pourvus en cabines, on compte les Yvelines 78, les Hauts de Seine 92 et le Nord 59 alors que ces trois départements comptent parmi ceux où le nombre de tués par millions d’habitants est le plus faible, selon la Sécurité routière!

Dommage que cette enquête n’ait pas eu le droit à une diffusion plus large pour que soit clairement établie l’attitude d’un gouvernement qui affecte de prioriser la sécurité routière par des mesures qu’il sait inefficaces, par pure démagogie, pour satisfaire des groupes de pression habilement relayés par les medias de masse…mais dès que d’autres groupes de pression contradictoires se font jour avec suffisamment de force, on transige: les avertisseurs de radars deviennent des avertisseurs de zones dangereuses ou déclarées telles…Triste pays!

Maintenant, il faut aller plus loin, faire le même travail avec les radars mobiles et d’une façon générale faire l’inventaire des forces de l’ordre préposées à la surveillance de la seule vitesse par rapport à celles chargées du simple respect du code de la route, stops, bandes blanches, feux ou même de la sortie des écoles et c’est d’actualité!

 

Le 28/06 2011

14/06/2011

ÜBER ALLES

DEUTSCHLAND ÜBER ALLES !!

 

Ce week-end de la Pentecôte est à marquer d’une pierre blanche pour le Sport Automobile international.

La célébrissime course d’endurance des 24 heures du Mans s’est terminée par la victoire logique d’une Audi R18 ( ça fera sourire les Anciens de Renault…) devant une Peugeot, à seulement 13 petites secondes. Course très disputée avec deux accidents particulièrement explosifs impliquant la voiture de tête, aux conséquences heureusement très limitées compte tenu de la violence de l’impact. C’est la 25° victoire allemande sur le circuit de la Sarthe: 14 Porsche, 10 Audi+ 1 Bentley !

Le Grand Prix  F1 du Canada, couru à Montréal sur le circuit Gilles Villeneuve a vu Jenson Button sur Mac Laren Mercedes ravir la première place à Sebastian Vettel dans le tout dernier des 70 tours à rebondissements…C’est dire le suspens! Mais il fallait une patience certaine pour suivre à la télévision ce Grand Prix qui aura duré plus de 4 heures dont plus de 2 heures de neutralisation à cause de la pluie battante et de multiples et agaçantes interventions de la « safety car » qui ont un peu faussé la course. N’empêche, sur une piste traitresse, particulièrement dans les 10 derniers tours où elle était sèche sur les deux mètres de largeur de la trajectoire et détrempée au-delà, il fallait un sacré gros cœur pour doubler en pneus slik dans ces conditions…A ce petit jeu, ont particulièrement brillé Button, reparti de la dernière position, Weber et, un revenant, Schumacher, qui s’est même, sur deux tours « frotté » avec Vettel pour la première place; avant que la Direction de Course n’autorise le déploiement du DRS (aileron arrière mobile) que ses concurrents directs ont immédiatement utilisé.

Dans ces conditions d’adhérence des plus précaires, il faut un excellent châssis, minutieusement réglé pour ces conditions, mais aussi un excellent moteur, souple à exploiter avec une bonne plage d’utilisation: dans cet exercice périlleux, les autos équipées du Renault et du Mercedes se détachaient assez clairement. En final, le moteur Mercedes, admirablement mené par un Button intraitable a mis fin (provisoirement, espérons le…) à une série incroyable de 6 victoires consécutives du moteur Renault aux mains du talentueux Vettel qui s’est pourtant laissé aller à la petite faute au moment où il ne fallait surtout pas….

Pour revenir au Mans, la course était loin d’être aussi animée. Vers minuit, après l’élimination accidentelle (à 22h40) de la deuxième Audi de tête et le lâcher du « safety car » suite à une interminable intervention de 2h20, on espérait que l’une des quatre Peugeot toujours vaillante allait s’élancer et jouer le lièvre pour essouffler la dernière Audi en course…En fait, c’est le contraire qui s’est passé, cette dernière Audi imposant crânement son rythme, se fixant de rester juste devant les Peugeot avec facilité, donnant l’impression « d’en avoir encore sous le pied »: l’équipe Peugeot l’a d’ailleurs sportivement reconnu, les Audi « étaient un poil plus performantes ».C’est dommage et c’est toujours facile de refaire de la stratégie de course après coup: la prestation de Peugeot est superbe avec ses quatre voitures à l’arrivée, et si près de la victoire, mais ça manque singulièrement de panache! On comprend qu’après le fiasco de 2010 où aucune voiture n’avait terminé, on ait joué la prudence, mais on ne gagne pas souvent prudemment…Sur 4 voitures engagées, on aurait imaginé que l’une d’elles, au moins , soit un peu plus puissante et capable de bousculer le minutieux plan de marche de l‘adversaire; Peugeot sait faire. Il ne faudrait pas que le saint principe de précaution, inscrit dans notre constitution par Chirac devienne une spécialité française…

Quoiqu’il en soit, on retiendra, à la suite de cet exaltant week-end de sport automobile au plus haut niveau que la technologie automobile au sommet se dispute entre allemands et français: Audi et Peugeot en endurance, Renault et Mercedes en F1, sans oublier Citroën en rallies.

Dans l’énorme enjeu du marché automobile mondial, la crédibilité technique liée aux marques et aussi à leur nationalité, a une grande importance et en aura de plus en plus:

Dans 10 ans, les Chinois sauront inonder les marchés d’« entry cars »…Il leur faudra 20 ans de plus pour construire des autos élaborées, distinctives, sophistiquées, qu’on est maintenant, et depuis peu, capables de faire en France, dans des usines françaises, si toutefois on ne laisse pas aller ailleurs le Know-how. 

Le 14/06/2011

01/06/2011

PCHITT !

 

PCHITT…..

 

 Donc,  c’est fait, c’est Carlos Tavares qui remplace Patrick Pelata !

 Pourquoi pas ? Profil semblable de l’Ingénieur qui a réussi, carrière similaire très Renault-Nissan ; Tavares avait déjà remplacé Pelata chez Nissan en 2004 au poste très important de patron de la stratégie produit et du product-planning. De plus Tavares quitte Nissan sur un joli succès dans sa dernière mission de responsable des activités Amériques : depuis le début de l’année les ventes de Nissan sur le marché US sont en hausse de 23% après 18% en 2010. Seul bémol, les indices qualité JD.Power de la marque sont dans la moyenne basse…On prête aussi au personnage plus d’enthousiasme et de vision envers le produit automobile !

 Quoiqu’il en soit, ce sont l’un et l’autre des hommes de Ghosn à qui ils doivent le brillant développement de leur carrière et il serait étonnant que le nouveau directeur opérationnel délégué puisse s’opposer au PDG dans l’exercice de ses fonctions…Et malgré les inquiétants échecs commerciaux qui se confirment de jour en jour, Monsieur Ghosn entend bien rester le Patron !

On pouvait lire ça et là que le Ministre de l’Industrie voulait donner plus d’autonomie au poste de directeur général délégué aux opérations. Pchitt, il semble bien que ce soit raté et que ce soit précisément le contraire qui se passe : dans le communiqué de presse officiel de Renault daté du 30 mai, annonçant cette nomination, il est bien précisé que Carlos Tavares « contribuera » à la mise en œuvre du Plan Renault 2016, « sous la direction opérationnelle de Carlos Ghosn ». Le petit nouveau n’a donc pas la responsabilité pleine et entière de l’exécution opérationnelle du Plan ; ça vaut d'ailleurs mieux pour lui, puisqu’il n’a pas été impliqué dans ce plan qui, je le rappelle prévoit une baisse continue des frais de R&D, et des investissements projets et, la sortie du Haut de Gamme par l’abandon de la plateforme D….le contraire de ce qui pourrait ramener Renault sur le marché à moyen terme.