Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2011

Le Beau Gachis du C.A. Renault du 29-04-11

Bien sûr, il n’y avait rien à attendre de ce Conseil d’Administration composé en majorité de comparses…

Le scandale de la reconduction de Carlos Ghosn à la présidence de Renault ne tient pas tant à sa responsabilité de Patron dans cette lamentable et ridicule affaire de licenciement abusif de 3 cadres dirigeants, qu’à sa gestion calamiteuse de la marque Renault au profit de Nissan, Dacia et maintenant, Samsung Motors.

Après 6 ans de pilotage de M.Ghosn, la part de marché de la marque Renault en Europe a perdu plus de 20%, soit plus de 350 000 ventes/an; ses usines françaises sont engagées à moins de 60%, alors qu’il faut 4 à 6 mois pour livrer un Duster fabriqué exclusivement en Roumanie, l’emblématique Espace n’est pas renouvelé et la Laguna ne le sera pas non plus et on donne les moyens à Dacia de construire dans une usine neuve au Maroc un concurrent direct du Scenic: ça ressemble bien à du SABOTAGE !

Et dans 2 ou 3 ans quand le pari FOU à 4 millards du Véhicule tout Electrique né des « certitudes » de Ghosn aura, lui aussi, fait Pchitt, Nissan pourra reprendre le contrôle de Renault pour 1 euro symbolique….

Qu’attendent nos empressés Ministres, Mme Lagarde, Mr. Besson pour lancer la Cour des Comptes sur cette douteuse gestion ??  Qu’il soit trop tard, bien sûr,comme ce soir…

C’est à pleurer!

14/04/2011

Affaire Renault: Suite

Responsables  mais  pas  Coupables !

 

Apparemment, les décisions prises par le Conseil d’Administration ce 11 avril ne satisfont ni le personnel-maison, ni les syndicats, ni les médias, ni la bourse, ni l’Establishment (voir la réaction très digne de Mme la Présidente du Medef)…y aurait-il problème ??

En fait de sanctions pour clore ce retentissant  scandale, seuls les trois membres de la direction de la sécurité du groupe sont clairement licenciés : c’est bien le moins et avait-on réellement besoin d’un rapport d’audit et de l’expertise du Cabinet Bearing Point pour établir leur responsabilité ? Il est vrai que leur directeur, Rémi Pagnie est, si j’ai bien compris, une recrue personnelle de Carlos Ghosn et que son rattachement hiérarchique n’est pas très clair. Le « matriciel » est tellement développé chez Renault qu’on peut concevoir que la recherche en responsabilité n’est pas aisée ; par exemple, on n’a jamais entendu parler au cours de cette lamentable affaire de la supérieure hiérarchique directe de deux des cadres incriminés à tort, la Patronne de l’Ingéniérie ; les deux audits ne la mentionnent pas non plus, mais quelle crédibilité lui reste-t-elle dans sa gestion journalière des quelques milliers d’ingénieurs et cadres qu’elle a sous sa « responsabilité » et, par là, est-ce que ce mot a encore un sens chez Renault dans la gestion des hommes ?? Bonne chance à Mme Damesin, nouvelle patronne DRH !

Pour les autres dirigeants concernés (je crois même avoir lu « impliqués » quelque part…), M.Caudriou, Directeur des Cadres Dirigeants, M.Husson, Directeur Juridique et Président du Comité de Déontologie…(si vous avez écouté les 25 mn de son entretien pré-licenciement avec M.Tennenbaum diffusé sur l’Express.fr, le mot prête à sourire…) et Mme Dors, Secrétaire Générale, ils sont « relevés de leurs fonctions dans l’attente des discussions quant à leur avenir » : sans doute, Responsables, mais pas Coupables !

Au moins, Patrick Pelata a-t-il eu assez d’honneur pour offrir sa démission dès le C.A. du 14 mars qui l’avait alors refusée à l’unanimité. Cette fois, il est lui aussi, relevé de ses fonctions, continuant de gérer les affaires courantes jusqu’à…son départ de Renault. Après quoi, il se verra proposer d’autres fonctions au sein de l’Alliance Renault-Nissan. Traditionnellement, les Japonais n’ayant pas le même sens de l’honneur que les Français, ça risque d’être intéressant à suivre. M.Ghosn a tenu à souligner à cette occasion « que les compétences de Patrick Pelata restent précieuses et constituent un atout pour le Groupe ».

Il a donc bien changé le fameux PDG depuis ses brillantes leçons du Management par Objectifs négociés ; car on peut estimer que son fidèle et complice lieutenant a manqué les objectifs les plus importants qui lui avaient été assignés solennellement le 9 février 2006 lors du lancement du plan « Renault Contrat 2009 , plan de Renault, par Renault et pour Renault »,  qui se voulait réaliste car fondé sur un diagnostic précis. C’était tellement vrai que la faillite de ce plan explique la déconfiture actuelle de la marque Renault résumée dans un seul chiffre : en 2000 Renault seul réalisait 2 338 000 ventes dans le monde pour 2 114 000 en 2010 dont environ 300 000 Dacia badgées Renault au Brésil, en Russie et ailleurs. La crise économique est venue à point pour sauver ces Messieurs du ridicule sur les objectifs quantitatifs de ce plan de +800 000 véhicules vendus et une marge opérationnelle de 6% ; mais les objectifs les plus importants, porteurs d’avenir concernaient une offensive produit de grande ampleur et M. Pelata, en tant que responsable en titre de la stratégie produit en était le dépositaire :

1/ « Renouvellement avec rigueur et créativité de quelques piliers de la gamme : Mégane, Kangoo, Twingo, Master » : par rapport à la Twingo de 1993, quelle créativité dans Twingo2 qui, avec une richesse d’offre beaucoup plus large que son ainée est à -25% de ses volumes ?

2/ «  Un nouveau Haut de Gamme….qui nous permettra de doubler le nombre de véhicules vendus à un prix supérieur à 27 000€ » : Laguna3, au cœur de cette stratégie, s’est avérée un douloureux bide malgré certaines qualités objectives et défauts inhabituels chez Renault dans les domaines du confort, du coût d’utilisation et du design ; résultat : seulement 51 000 ventes en Europe en 2010 pour 75 000 à la Citroën C5, 100 000 à la Ford Mondeo, 139 000 à l’Opel Insignia, 171 000 à la VW Passat ! Pratiquement sortie du marché…pour mémoire Laguna1 se vendait à 250 000 exemplaires par an!

3/ « Dans le Haut de Gamme nous proposerons des voitures innovantes et judicieuses : des SUV, des 4X4, des Cross-Over » : rien de tout ça, sinon un mièvre Koleos hérité de Samsung qui a le succès qu’il mérite, 14 000 ventes pour 110 000 VW Tiguan ou 74 000 Ford Kuga !

A la place de l’élargissement justifié de la gamme Renault demandé en 2006 à travers ce plan, on assiste au contraire à l’abandon du haut de gamme, segments D et E, Laguna et Vel Satis, qui n’ont pas de remplaçants planifiés et surtout, on est incapable de remplacer l’emblématique Espace qui faisait la crédibilité de Renault en haut de gamme, abandonnant ses importants parcs de clientèles aux concurrents.

De même, il était demandé de « continuer à innover en sécurité passive pour consolider notre position de leader européen », position confirmée dans une enquête annuelle du célèbre magazine allemand « Auto Motor und Sport » : à la question : « Marque ayant de hauts standards en matière de sécurité », Renault sortait effectivement en tête en 2007 avec 22% de citations devant VW à 19%. Dans l’enquête 2011, ça s’est inversé : VW est à 32% quand Renault est dans le bas du tableau à 7%. On ne fait pas impunément de la publicité institutionnelle vantant les mérites de la (future) voiture électrique présentée comme la panacée écologique sans risquer le discrédit sur la gamme classique qu’on a à vendre…

Mais, même dans ce domaine de l’environnement, l’image de Renault est en échec grave: dans la même enquête, à la question « fait des voitures respectueuses de l’environnement » Renault est à 2% quand Toyota est à 38% et VW à 35%...Pour la diminution des émissions de CO2, le plan 2006 affirmait  « nous préparons une palette complète de technologies alternatives telles que les hybrides, les piles à combustible, les véhicules électriques, sans oublier les transmissions variables…….et nous continuerons d’optimiser les moteurs traditionnels » . Résultat : on a laissé à PSA et aux autres la technologie hybride, on a pris 10 à 15 ans de retard  sur les motorisations thermiques et les transmissions type double embrayage et on se polarise sur le véhicule électrique , pari à 4 milliards d’euros, encore plus scandaleux et lourd de conséquences à court et moyen terme, que l’affaire de faux espionnage industriel qui y est plus ou moins liée, car le véhicule tout électrique n’est ni la solution écologique (avant de la stocker, il faut d’abord produire de l’électricité, comment ?), ni  économique (elle a besoin d’être subventionnée en recherche et conception, en infrastructures, en aide à l’achat, en utilisation), ni commerciale (rapport coût/prestations désastreux à cause de l’autonomie).

Au-delà des effets de la crise économique le plan « Renault Contrat 2009 », subrepticement enterré a été un échec cuisant, sans que ça n’ait déclenché ni sanctions ni réflexions de fond, on ne voit pas dans ces conditions pourquoi on accorderait le moindre crédit  au « Drive the Change 2016 »

En tous cas Merci à MM. Pelata et Ghosn pour leur bon travail et…continuez !!

08/04/2011

Désinformation radars.

DESINFORMATION   RADARS

 

La semaine dernière, la Sécurité Routière s’est payé un feuillet spécial de quatre pages dans la presse quotidienne « Les Radars sauvent des vies, la preuve ». Compte tenu de son coût supposé, cette démarche est étonnante : personne ne conteste que la multiplication des radars fixes et surtout mobiles a fait baisser la «  vitesse moyenne » (statistique d’ailleurs un peu douteuse), assagi beaucoup d’automobilistes et rendu la conduite généralement plus sereine. Alors pourquoi cette dépense somptuaire qui aurait judicieusement pu être mieux exploitée ailleurs ?

J’y vois un indice supplémentaire qu’on est déjà en campagne électorale et que cette publicité a aussi pour but de justifier l’action du Président de la République en termes de sécurité routière après l’hostilité déclarée de l’Elysée à l’adoucissement du régime du permis à points, finalement voté !

Mais quand je lis dans ce feuillet que sur 14 000 vies sauvées depuis 2002, 11 000 l’ont été grâce à la baisse de la vitesse induite par l’installation des radars, je crie désinformation car les zélés fonctionnaires de la Sécurité Routière se gardent bien d’indiquer que l’automobile moyenne de 2001 en relation avec ce chiffre cité de 8 253 morts dans la circulation était beaucoup plus dangereuse que celle de 2010 et les 3 994 morts cités !

Puisque le « puissant » lobby de l’Automobile reste muet sur cette question, je voudrais simplement  rappeler que depuis  vingt ans, l’industrie automobile, constructeurs et équipementiers, a investi quelques dizaines de milliards d’euros pour améliorer la sécurité des automobiles et que leur coût de revient s’est progressivement alourdi de quelques centaines d’euros pour intégrer en série des dispositifs de sécurité active et passive de plus en plus sophistiqués ; on peut  estimer que l’ABS, par exemple est passé en série dans la deuxième moitié des années 90 mais c’est surtout le retentissant lancement de la Renault Laguna 2, fin 2000, et sa spectaculaire classification  « 5 étoiles EuroNCap » qui a déclenché la course à la sécurité chez les constructeurs, au point qu’aujourd’hui, il est difficile de mettre sur le marché une voiture qui n’est pas 5 étoiles…C’est donc au début des années 2000 que progressivement le parc roulant s’est renouvelé en autos beaucoup plus sûres, équipées d’ABS, ESV, régulateur de vitesses, air bags multiples, alertes de ceintures, prétensionneurs,  etc…etc…sans parler de structures châssis plus rigides et dotées d’absorbeurs très élaborés pour encaisser des chocs à 64 Km/h, sans déformation de l’habitacle, de freins incomparablement plus efficaces et de pneus plus performants.

A raison d’un taux de renouvellement de l’ordre de 5 à 6 % par an c’est plus de 60% du parc roulant qui a été sécurisé sur la période de référence de la Sécurité Routière dont le bilan est de 14 000 vies « sauvées » : Il est simplement malhonnête d’en attribuer massivement le mérite à la baisse de la « vitesse moyenne » !

A force de diaboliser la vitesse, les forces de l’ordre sont majoritairement embusquées derrière leurs radars ou leur P.C., et on voit tous les jours se multiplier des fautes basiques du code de la route autrement plus dangereuses,  comme la manoeuvre de doublement sans visibilité, le refus de priorité, le non respect des feux et des stops, et ce, majoritairement par les utilisateurs de 2 roues et en proportion inverse de la puissance de leur engin, au point qu’en région parisienne, les usagers de Velib semblent ignorer complètement qu’il y ait des règles de circulation…Tout cela essentiellement en zone urbaine ou périurbaine . Cherchez l’erreur : il est parfaitement établi que les accidents mortels affectent majoritairement les usagers de 2 roues, en zone urbaine…Si ces messieurs-dames de la Sécurité Routière voulaient bien changer de lunettes, l’objectif de descendre à 3 000 morts serait probablement plus rapidement atteignable qu’en décuplant le nombre de radars !